Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Echelle

Comment prendre de la hauteur pour effectuer ses travaux ? Avec une échelle ou un échafaudage, tout dépend du type de chantier. Cependant, les deux doivent rester stables et sûrs.

Quel type d'échelle choisir ?

Les échelles transformables à deux ou trois plans sont les plus utilisées chez les particuliers. Elles peuvent vous permettre de monter jusqu’à 8 mètres de hauteur si elles sont complètement déployées, et d’atteindre la toiture ou d’élaguer arbres ou haies, mais peuvent aussi se mettre en position autostable.

Les échelles simples s’appuient contre un mur. Elles atteignent moins de 5 mètres et sont destinées à l’intérieur.

Les modèles coulissants s’élèvent en deux ou trois plans en appui, grâce à une corde. Le dernier plan peut être équipé de roulettes pour faciliter la manoeuvre.

Les échelles pliantes articulées s’utilisent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elles atteignent moins de 5 mètres mais peuvent être déployées complètement, en position double ou en mini-échafaudage, ce qui les voue à de multiples fonctions. En version échafaudage, il n’y a pas de gardecorps et le plancher de travail est restreint… À vous de faire attention.

Optez pour des échelles sécurisées

Qu’elle soit double, transformable, pliante, articulée ou coulissante, pour être fiable, une échelle doit être certifiée EN 131. Cette norme garantit une résistance de 150 kg, une épaisseur de profilé minimale de 1 mm pour l’acier et de 1,2 mm pour l’aluminium. L’échelle doit être équipée d’un dispositif antiécartement, notamment pour les modèles transformables. Un bras ou une sangle évite tout risque de repliement ou d’écartement impromptu. Vérifiez également que l’échelle dispose d’un verrouillage de sécurité du plan coulissant.

L'escabeau, petit cousin de l'échelle

Facile à transporter d’un bout à l’autre de la maison ou du jardin, l’escabeau remplace avantageusement l’échelle pour un tas de petits travaux. Il dispose souvent d’une tablette porte-outils intégrée et comporte des patins antidérapants pour éviter les glissades. Les modèles professionnels présentent des roues et des stabilisateurs télescopiques.

Le marche-pieds ne comporte que deux ou trois marches maximum mais, au quotidien, il rend bien des services, pour atteindre le haut d’un placard ou pour remplacer une ampoule par exemple.

Avec l'échafaudage, travaillez des deux mains

Pour réhabiliter un plafond, poser des plaques d’isolant ou faire de la tapisserie, rien de tel que l’échafaudage qui dispose d’une surface parfaitement plane, perchée à quelques mètres du sol. L’idéal pour travailler avec ses deux mains ! Pour les sols plans, un échafaudage simple suffit. Les échafaudages domestiques, dont la hauteur ne dépasse pas les 3 mètres, sont en aluminium et donc légers, maniables et souvent prémontés. Pour les sols irréguliers ou les escaliers, un échafaudage à rattrapage de niveau s’impose. Il s’adapte à presque toutes les situations grâce à des stabilisateurs réglables. Ce sont des modèles un peu plus grands qui peuvent atteindre jusqu’à 5 mètres et qui peuvent disposer de plateaux modulables. Les échafaudages destinés aux particuliers et dépassant 5 mètres ont des stabilisateurs renforcés et des garde-corps sécurisés.

LE CHOIX

LES CLÉS D'UN BON CHOIX

  • Pour choisir une échelle ou un échafaudage, il faut trouver la bonne hauteur de travail. Pour une échelle, elle correspond à la hauteur qu’un homme peut atteindre les bras levés. Par exemple, si la zone de travail est à 6 mètres, il faut une échelle de 5 mètres minimum. Pour un échafaudage, la hauteur de travail est égale à la hauteur du plancher + 2 mètres.
  • Côté sécurité, il est important de s’assurer de la stabilité de l’échelle. Si elle est trop inclinée, elle aura tendance à glisser. Si elle est trop droite, elle risque de basculer vers l’arrière. N’hésitez pas, dans la mesure du possible, à attacher l’échelle au mur.