Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Clou

Aussi appelées pointes, ces tiges en acier permettent de fixer des éléments entre eux, ou de fixer un élément à une surface. À chaque clou ses spécificités et donc sa destination, en fonction de sa taille et de sa forme.

Des petis clous, toujours des petits clous...

En réalité, il en existe de nombreuses tailles, et de formes différentes. Ces tiges en fer ou en acier affi chent différentes longueurs pour s’adapter à tous types de travaux. Les clous, pour être efficaces, doivent être deux fois plus longs que la pièce à fixer. On les enfonce en général en tapant dessus avec un marteau. Les clous sont le plus souvent réservés au bois. Pour les charpentes ou pour fixer du parquet sur des lambourdes, on utilise davantage les clous torsadés ou vrillés qui sont conçus pour durer et pour résister aux inévitables mouvements du bois. Ils sont en fait inarrachables. Les clous lisses sont souvent utilisés pour des constructions plus “éphémères”, comme les formes qui servent ensuite à bétonner.

La valse des clous...

À tête plate : le plus répandu. Il permet d’associer deux pièces de bois.

Tête homme : son avantage est de pouvoir disparaître complètement, une fois les deux pièces assemblées. On le dissimule à l’aide d’un chasse-goupille car il n’a pratiquement pas de tête.

À pointe cassée : sans tête, il sert à accrocher discrètement des éléments fragiles.

À béton, en acier trempé : il est plutôt utilisé pour les matériaux durs, car il ne se tord pas. Il casse, tout simplement.

En U : il s’apparente aux agrafes pour maintenir un fi l, une corde, ou une ficelle.

À demi-tête ronde : il devient décoratif et est le favori des tapissiers (comme le clou semence, avec sa tige très effilée).

Il existe de plus gros clous de décoration, qui se retrouvent en éléments embellissant une porte par exemple.