Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

La MOB, pièce par pièce

MOB

Les murs d’une MOB sont un ensemble d’éléments associés et juxtaposés qui remplissent chacun un rôle bien défini. L’ossature bois, de type plateforme ou poteau-poutre, constitue le squelette du bâtiment.


Il faudra donc habiller ce squelette de chair et de muscles (l’isolation) et recouvrir le tout d’une peau (les parements).Cette analogie organique correspond bien aux fonctions de ces éléments.

L’ossature bois est le terrain de jeu du charpentier, elle lui permet d’étendre ses compétences à l’ensemble de la maison, bien au-delà du toit ­traditionnel.
Avec la technique plateforme, l’ensemble de la construction repose sur une lisse basse périphérique, fixée sur les fondations et protégée par une barrière d’étanchéité. Les montants verticaux sont séparés d’un espace (la cavité) de 60 cm de ­largeur maximum. Ils sont maintenus par un chaînage supérieur constitué par une lisse haute. Les planchers intermédiaires sont ajoutés par-dessus. Ils sont traversants jusqu’au nu extérieur.
Avec la technique poteau-poutre, les contraintes techniques sont différentes avec, notamment, la possibilité d’intégrer de grandes baies grâce aux portées admissibles par la structure porteuse.

L'ISOLATION

Les cavités entre les montants sont parfaites pour assurer l’isolation. Ce principe intégré permet de réduire l’épaisseur finale du mur. Si cela ne suffit pas pour atteindre les niveaux d’isolation réglementaires, il est tout à fait possible, comme en construction traditionnelle, d’en rajouter une couche, à l’intérieur ou à l’extérieur.
Il n’existe pas de spécifications particulières pour le choix de l’isolant, sauf s’il se trouve derrière une cheminée à foyer ouvert, auquel cas il devra être en laine de roche. En règle générale, l’isolation est assurée par des laines, minérales ou végétales, en rouleaux souples, panneaux semi-rigides, ou en vrac par remplissage de caissons. La mise en place d’un pare-vapeur continu placé devant l’isolant du côté intérieur est systématique pour toutes les parois en contact avec le froid (façades, planchers, plafonds). Continu signifie que les joints entre les lés et en périphérie sont étanchés par un pontage avec un ruban adhésif longue durée et un recouvrement
d’au moins 5 cm.
L’ossature bois est l’occasion d’essayer des modes d’isolation alternatifs comme la paille. La structure porteuse est assurée par une double ossature bois ou par un système de montants centraux verticaux complétés de tasseaux horizontaux. La paille n’est pas un isolant exceptionnel, mais elle compense par l’épaisseur, jusqu’à 60 cm. Le remplissage des cavités peut aussi être assuré par des blocs en béton de chanvre non porteurs. Vous pouvez enfin recourir aux matériaux traditionnels, comme la brique de terre cuite, le pisé, l’adobe, etc. Mais avec ces derniers, les performances réglementaires exigées ne pourront être atteintes sans une isolation
complémentaire, extérieure de préférence.

LES PAREMENTS EXTERIEURS

En règle générale, le parement extérieur est de type façade ventilée, avec un bardage séparé de l’ossature et de l’isolation par une lame d’air de 2,5 cm. Son rôle est de protéger l’ossature et l’isolant des agressions extérieures, les intempéries comme les écarts thermiques. Le terme bardage désigne une grande variété de matériaux, depuis les classiques clins de bois jusqu’aux feuilles de zinc ou d’acier, en passant par le bardeau bitumé, le panneau de ciment armé, l’ardoise, etc.
La pose d’un pare-pluie, derrière le bardage et devant l’ossature, est obligatoire derrière le bois ou l’ardoise par exemple, mais facultatif derrière le bardeau bitumé ou le ciment armé. L’ossature bois peut aussi être doublée par un mur maçonné séparé par une lame d’air.
Une MOB peut enfin recevoir une finition d’aspect comparable à l’enduit traditionnel, crépi ou autre. C’est un atout précieux en zone urbaine, lorsque les contraintes d’urbanisme sont nombreuses. En règle générale l’enduit, minéral ou organique selon les solutions, est appliqué sur un support armé.

LES PAREMENTS INTERIEURS

Il existe deux types de supports du côté intérieur, continus ou discontinus, selon qu’il y a des panneaux de contreventement ou pas. Ces parements sont en contreplaqué, ­aggloméré, OSB 3 ou 4, lamibois, voire en plaques de plâtre (sous avis technique). Cela étant, il n’y a pas de règle particulière concernant le choix du parement, sauf celle consistant à assurer un minimum de résistance en cas d’incendie. Les mêmes règles que celles rappelées pour les constructions traditionnelles s’appliquent pour le traitement des points singuliers comme les passages de réseaux, l’étanchéité à l’air…

LE TOIT

En lui-même, le toit d’une MOB ne présente aucune particularité par rapport à une construction classique. C’est un ouvrage de charpente conçu pour reporter la charge de la couverture sur la structure porteuse des façades, sur lequel est ajoutée l’isolation thermique. La liaison avec l’ossature des murs doit être surveillée de près pour assurer la continuité de l’isolation et l’étanchéité à l’air.