Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Ossature bois : les points à surveiller

LES POINTS A SURVEILLER

Les règles de construction relatives à l’ossature bois font l’objet du DTU 31.2 dont la lecture et le respect des dispositions sont fortement recommandés.

  • Pour la fabrication des parois verticales, le principe généralement admis est celui du voile travaillant : alors qu’un bâtiment maçonné est conçu pour ne pas bouger d’un millimètre quoi qu’il arrive, l’ossature bois, plus souple, accompagne les sollicitations en situations normales et exceptionnelles (tempêtes, mouvements du sol…).
  • L’étanchéité à l’eau prend plusieurs formes, sachant que la préservation des bois vis-à-vis de l’humidité est leur meilleure garantie de durabilité. Il s’agit donc de protéger la maison de la pluie et de la neige d’une part, des remontées capillaires d’autre part, sans oublier l’humidité due à l‘utilisation des locaux, spécialement la cuisine et la salle de bains. À ce sujet, au-delà des exigences réglementaires, il peut être judicieux de conserver l’accès à tous les réseaux en évitant de les encastrer.
  • Si la construction est prévue dans un site exposé (au vent, au bruit environnant), des vérifications sont à faire pour la préservation du confort acoustique qui n’est pas assuré par la structure légère des façades.
  • L’inertie thermique d’une MOB est généralement très faible. Elle se réchauffe vite, un atout précieux lorsque la maison est inoccupée dans la journée en hiver. Mais un inconvénient l’été, si la prise en compte des apports solaires a été mal faite. Un complément d’inertie peut être apporté par l’emploi de matériaux lourds dans les planchers et dans les dalles.

ZOOM : Le contreventement

Contreventement MOB

Ce terme désigne les dispositions prises pour permettre au bâtiment de supporter les sollicitations horizontales.
Typiquement, il s’agit de résister aux rafales de vent qui créent une surpression du côté exposé et une dépression du côté opposé.
Une structure lourde maçonnée y est peu sensible, mais la légèreté de l’ossature bois l’expose tout particulièrement.
Différentes techniques permettent de résoudre ce problème, selon la nature de la paroi (murs ou toiture par exemple).