Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Les chaînages dans une maison

1- Le rampanage

Il consiste à ferrailler le pignon. C’est obligatoire dès que la hauteur sous pointe du pignon est supérieure à 1,5 m. Ce rampanage est réalisé avec 2 fers, ou avec une armature constituée de 2 filants de 10 mm de diamètre noyés dans le mortier.

2- Le chaînage horizontal

On l’appelle aussi la ceinture. Il fait le tour des murs porteurs au niveau des planchers béton de même hauteur. On le retrouve aussi au sommet de ces murs (l’arase).

3- Les semelles des fondations

Elles sont armées et de différents types :
en versions dites isolées, on les utilise pour réaliser les fondations de poteaux (sections de béton de 65 x 65 x 20 cm à 145 x 145 cm x 40 cm).
Les filantes correspondent aux sols homogènes et peu compressibles. Dans ce cas, le béton est dosé à 250 kg/m3 et armé avec une semelle plate à trois filants de 8 ou 10 mm de diamètre.
Pour un sol hétérogène, le béton sera dosé à 300 kg/m3 et armé avec une semelle à six ou huit fers.

4- Les Treillis soudés (TS)

Ils structurent les chapes ou les dalles de béton. Réaliser un treillis soudé est un art. La réussite de cette mise en oeuvre conditionne la résistance et le rendu final. Il s’agit de croiser en les soudant des fils d’acier porteurs avec des fils transversaux dits “de répartition”. Les fils porteurs sont définis par le diamètre D, et les transversaux par le diamètre d. Le diamètre varie de 1 à 5 mm. Les dimensions du maillage vont de 5 x 5 cm jusqu’à 20 x 30 cm. Plus les mailles sont petites, mieux elles conviennent pour des dalles de béton coulées sur un support instable (plancher bois/panneaux de particules). En termes de soudure, choisissez plutôt des produits préfabriqués, et sachez que vos soudures devront être aussi résistantes (ou quasiment) que l’acier pour être conformes.

5- Le linteau

Il s’agit du chaînage d’une mini poutre au-dessus d’une ouverture. Autrefois le linteau était une seule pièce en pierre ou en bois ou même les deux (bois côté intérieur, pierre côté extérieur). Aujourd'hui on peut construire et armer soi-même le linteau en réalisant un coffrage préalablement ferraillé. Il existe également des linteaux préfabriqués  !

6- Le chaînage vertical

À chaque angle, des trous d’une dizaine de centimètres de diamètre apparaissent, déjà prévus dans les blocs d’angle. Ils sont destinés à recevoir le chaînage vertical. Ces armatures sont elles-mêmes ancrées dans les chaînages horizontaux et dans les treillis de plancher, avant d’être noyées dans le béton.

7- Le chevêtre

Quand une poutrelle en béton armé est interrompue par la présence d’une trémie (un trou pour un escalier ou pour un conduit de cheminée par exemple), le tour de cette trémie est armé de fers et lié à la poutrelle. C’est le chevêtre.

8- Les poteaux

Ils peuvent remplacer les murs porteurs, ou servir d’angle ou de complément autour des ouvertures des murs porteurs. Pour des poteaux en béton armé de 12 x 12 cm à 20 x 20 cm, il faut compter avec des d’armatures de 8 x 8 cm à 15 x 15 cm, composées de quatre filants.

9- Les poutres

Elles contiennent une armature plus ou moins importante, selon leur portée et la charge qu’elles auront à supporter. Il est important de toujours prendre conseil auprès d’un professionnel.