Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Le secret des liaisons qui durent !

Des fers dans le béton de sa maison, c’est bien mignon ! Mais sans les liaisons, tout cela ne sert à rien. Nous vous montrons ici comment les divers chaînages de la maison se solidarisent pour rendre une maison quasi indestructible. Les exemples représentés correspondent à des chaînages dans une maison sur zone parasismique. Du solide !

Les armatures d’une maison nécessitent une étude et des calculs précis. Les données dépendent de très nombreux critères comme la nature des sols, de la zone, et de la maison construite. Les éléments présentés ici sont donnés à titre indicatif pour une maison fortement armée, en zone 3 à risque sismique. Certaines de ces contraintes n’existent pas pour une maison classique, et nous connaissons tous des maisons sans liaisons de cette nature. C’est la raison pour laquelle vous devez absolument demander l’avis d’un professionnel avant de vous lancer.

Liaisons d'angles

Angle de façade

Il ne suffit pas de créer un angle droit avec deux armatures pour assurer la continuité périphérique. Vous devez aussi ajouter une liaison qui assure le recouvrement des armatures de chaque côté. Ici, des équerres remplissent ce rôle.

Angle façade / refend

Un chaînage horizontal en croise un autre au milieu, créant ainsi deux angles et l’obligation de transmettre des deux côtés, d’où ces doubles équerres. On note que dans les deux cas de liaisons, les équerres ne sont jamais positionnées à la corde des angles.

 

Chaînage en attente montée

Le lien avec les fondations

Une armature est liée à la semelle filante de la fondation. Ses fers se prolongent dans la semelle. Cette armature, appelée "attente montée", traverse le chaînage de la dalle. C’est elle que l’on voit surgir du béton au début de la construction. Une armature de chaînage vertical y sera liée.

Liaison chaînage vertical / horizontal

Liaison en couronnement du mur

Même en l’absence d’angle, on retrouve des chaînages verticaux croisant des chaînages horizontaux. Si l’on reste sur l’exemple de cette construction pour zone 3 parasismique, un chaînage vertical sera obligatoire tous les cinq mètres en façade. La liaison avec la ceinture de couronnement s’effectue alors en entrecroisant quatre liaisons, deux verticales et deux horizontales.

ANGLE FAÇADE / PIGNON : LIAISON DU RAMPANT

Chaîné jusqu'au pignon

Au sommet de l’armature verticale, doit dépasser une liaison en attente du rampant. Elle s’appelle d’ailleurs “attente rampant”. La liaison finale comprendra donc six liens correspondant au croisement des trois chaînages, auquel s’ajoute celui du rampant. L’armature du rampant s’élève ensuite vers la pointe maçonnée. Elle est liée à l’armature qui redescend de l’autre côté. La rencontre des deux armatures de pointe est également liée par ce que l’on appelle d’ailleurs une "liaison de faîtage".

ANGLE FAÇADE / PIGNON : COURONNEMENT DU MUR

La liaison sur le haut du mur

L’armature du chaînage vertical déborde ici de 60 cm. Elle doit être liée à la ceinture du haut du mur. Une rencontre de trois chaînages capitale pour la répartition des forces. Pour ce cas d’école parasismique, ce ne sont pas moins de six liaisons qui s’entremêlent dans les trois dimensions.