Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Raccorder une évacuation sous receveur

Alors plus simple, ça n'existe pas ! L'assemblage des tubes PVC qui servent aux évacuations s'effectue par simple collage. Veillez d'abord à dégraisser (à l'alcool à brûler) les surfaces de contact et à les déglacer avec un abrasif fin. Avant l'encollage, un montage à blanc est vivement recommandé, il permet de confirmer la longueur et l'orientation des pièces les unes par rapport aux autres, puis de les repérer en conséquence.

La pente des conduits est d'au moins 2 cm/m. Mais, pour faciliter l'écoulement, comptez plutôt de 3 à 5 cm/m.

Dans la même logique, privilégiez autant que possible les gros diamètres (40 au lieu de 32, 50 au lieu de 40…) et les coudes à grand rayon, moins restrictifs. Un coude ordinaire à 90° peut souvent être remplacé par deux coudes à 45°.

Enfin, il est judicieux de prévoir des raccords spéciaux (tampons de visite) pour faciliter les débouchages.

Toujours en matière de débouchage il existe bien des méthodes. La première consiste à dévisser le siphon, la seconde à tenter la ventouse. Nous avons testé également le furet qui peut convenir à une évacuation pas trop biscornue sinon cela peut vite devenir infernal. Le système de débouchage propulsé par une eau sous pression fonctionne très bien mais là encore il ne faut pas que ce soit un réseau trop tordu sans compter les risques d'inonder la salle de bains. Ces produits sont plus étudiés pour les réseaux de gouttières.

Si vraiment plus rien de fonctionne, soit vous devrez passer par le traitement chimique (soude pour les évacuations de douches, lavabos, baignoires / soude ou acide sulfurique pour les WC), soit par les grands moyens à savoir scier une partie du réseau (à la scie à voleur), pour le déboucher ou le remplacer puis le recoller grâce à des raccords. Promis c'est souvent ce qu'il y a de plus rapide et de plus sain !

 

De façon générale, n'oubliez pas : la pente, la pente, la pente !