Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

En forme de I, L, U: choisir la bonne implantation

Une implantation à la lettre !

Carrée ou rectangulaire, fermée ou ouverte, grande ou petite, à chaque cuisine son implantation. En I, en L, en U, en G… Choisissez la bonne lettre pour une cuisine pratique et fonctionnelle !


Une pièce longue et étroite ? Optez pour le I

 

La cuisine en I est aménagée sur un seul mur : le plan de travail s’insère entre l’évier et les plaques de cuisson, encadré par les colonnes avec four, placards, réfrigérateur. Qu’elle soit ouverte ou fermée, il faut en tout cas compter environ 1,80 m en largeur : environ 60-70 cm pour le plan de travail + 90 cm au minimum pour l’ouverture des tiroirs et portes de l’électroménager… voire 1,20 m pour pouvoir se croiser à deux.

Le + : Facile à aménager, c’est un linéaire simple, dans lequel on peut opter pour des éléments standard. Pour une cuisine ouverte dans un petit espace, c’est l’idéal : le coin cuisine n’empiète pas sur le salon et la répartition salon/cuisine est équilibrée.

Le - : Impossible d’obtenir le fameux « triangle d’activité », idéal pour cuisiner dans les meilleures conditions, en réduisant les déplacements : ici, les espaces froid (réfrigérateur), cuisson (four, plaques) et l’évier sont forcément en enfilade. De plus, l’effet « couloir » est amplifié si la cuisine en I est fermée.

L’astuce : Pour animer cet alignement monotone, et le rendre plus convivial, on peut jouer sur les différences de niveaux et de profondeurs, alterner meubles ouverts et fermés ou miser sur les éléments décoratifs.

 

Une pièce carrée ? Choisissez le L

 

Cette configuration classique, qui occupe un angle de la pièce, convient très bien aux surfaces d’environ 10 m2, aussi bien ouvertes que fermées.

Le + : Elle préserve le « triangle d’activité » : le plan pour la cuisson, celui pour le froid et l’évier sont distincts, et on peut garder le plus d’espace possible entre évier et cuisinière pour y ménager le plan de travail le plus grand. On peut aussi installer un coin repas sur le troisième mur, face à la cuisinière (table ou plateau à abattant, selon l’espace disponible). Si la pièce est très grande, on peut même installer ce coin repas sur un îlot ; si elle est ouverte sur la salle à manger, ce pourra être un comptoir avec des tabourets de bar.

Le - : Pas d’inconvénients majeurs, si vous êtes attentif à ne pas gêner la circulation et à ne pas mettre l’évier et la plaque de cuisson dans l’angle.

L’astuce : Pensez la disposition en fonction de l’emplacement de la fenêtre ! Mieux vaut qu’elle soit à proximité de l’évier, pour profiter de la lumière naturelle et d’une échappée visuelle sur l’extérieur.

 

Une pièce en largeur ? Misez sur le parallèle

 

Il faut 2,50 m de largeur, au minimum, pour positionner les meubles et éléments de cuisine sur deux murs parallèles. Cette implantation est bien adaptée aux cuisines fermées de 10 à 15 m2, avec porte et fenêtres aux extrémités.

Le + : Un maximum de rangements, une grande surface de travail, un « triangle d’activité » parfaitement respecté et donc, des déplacements et manipulations facilités.

Le - : L’espace de circulation entre les deux rangées de meubles doit être de 0,90 m au minimum et d’1,20 m dans l’idéal, de façon à permettre l’ouverture des portes de placards ainsi que la circulation des personnes.

L’astuce : Vous pouvez habiller l’un des deux murs de meubles sur toute la hauteur. Vous y caserez le réfrigérateur et le four. Pour la sécurité des jeunes enfants, mieux vaut placer ce dernier toujours en hauteur. Contre l’autre mur, vous ne placerez que les éléments bas, ainsi que l’espace de cuisson et l’évier.

 

Une grande pièce ou pièce ouverte ? Demandez le U, le C ou le G !

Si la surface de votre cuisine, qu’elle soit ouverte ou fermée, fait plus de 15 m2, optez pour un plan de cuisine en U, qui s’appuie sur trois murs. Si la pièce est fermée, on y accédera par une porte placée dans le quatrième mur ; si elle est ouverte, le U se révèlera encore plus convivial. Il accueille volontiers en son centre un îlot, très tendance, à condition que la pièce fasse au moins 20 m2. Variantes possibles, le C forme un retour plus resserré, particulièrement adapté aux cuisines ouvertes dont on ne veut pas trop laisser deviner le contenu. Le G agrémente ce retour d’un comptoir qui sert de bar (plus haut que le plan de travail, 1,10-1,20 m), ou qui prolonge le plan de travail, à même hauteur (espace travail ou coin repas). Ainsi, il sépare mieux la cuisine du reste de la pièce, visuellement, formant une zone bien distincte.

Le + : Une excellente solution, très conviviale et moderne, dans une très grande pièce ou pour une cuisine ouverte. On y dispose de beaucoup d’espace et si on y ajoute un îlot, on y cuisine comme des pros, avec une parfaite ergonomie, un espace de cuisson centré et des déplacements à droite vers l’évier, à gauche vers le four et les éléments hauts, sans faire de grandes distances. La surface de plan de travail et de rangement est maximale, le « triangle d’activité » est optimisé.

Le - : Les meubles doivent s’adapter aux angles, voire aux courbes (mieux vaudra préférer des rangements pivotants). L’installation d’un îlot demande 90 cm d’espace minimum de chaque côté et 1,20 m pour pouvoir se croiser à deux. Elle peut engendrer des difficultés techniques, comme le raccordement de la plomberie et de l’électricité si l’évier ou les plaques de cuisson sont prévues sur l’îlot.

L’astuce : Pensez à la hotte, si le plan de cuisson est intégré dans l’îlot ! Il faut l’accrocher au plafond et prévoir aussi un éclairage suspendu, indépendant de celui de la hotte.