Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Histoire : il était une fois nos fourneaux

L'incroyable histoire de la cuisine

Au commencement, elle ne fut pas : la cuisine, pièce séparée, est une invention relativement moderne. Jusqu’au XVIIIe siècle, chez les paysans – 80 % de la population d’alors – on ne disposait que d’une seule grande pièce commune où le chaudron de soupe mijotait toute la journée dans l’âtre de la cheminée, où on s’asseyait pour manger, où on s’allongeait pour dormir… tous ensemble. Seules les demeures bourgeoises et les châteaux de rois avaient déjà leurs pièces d’offices, réservées à la cuisine et aux cuisiniers, ainsi qu’aux domestiques chargés de servir à table.

Autour du fourneau
C’est l’invention du fourneau qui va commencer à changer la donne. À l’origine, c’est un poêle à bois maçonné, construit en pierres ou en briques, servant à la fois à chauffer la maison et à cuisiner. Le feu étant contenu dans un foyer fermé, on peut cuire des plats dans cet espace intérieur, poser marmites et casseroles sur la table supérieure, produire de l’eau chaude et la garder en permanence à disposition. À sa naissance, on le nomme « potager », car il sert à cuire… le potage.

Dès le milieu de XIXe siècle, on l’équipe de plaques de bronze, et son usage se démocratise. Il s’impose au cœur de chaque foyer, et toute la famille se presse autour de lui, pour cuisiner, manger, lire le journal, fumer la pipe, faire des veillées, trier les légumes, faire la lessive ou la toilette… À mesure que se développe un vrai « point cuisson » dans la maison, une vraie « cuisine » se construit autour. En prenant le statut de pièce indépendante, elle devient aussi la pièce principale des maisons modestes, celle où se concentre, dans les foyers populaires, la vie de la maison. Alors qu’elle reste cachée, à l’arrière des maisons et des appartements bourgeois – les immeubles haussmaniens ont même prévu, pour y accéder, un escalier réservé à la domesticité. On pénètre dans la cuisine comme dans une pièce honteuse, discrètement, sans avoir à fouler les quartiers nobles de l’appartement.

Eau et gaz à tous les étages
Complément indispensable du fourneau, l’évier n’apparaît pourtant que tardivement : jusqu’au XVIIIe siècle, on fait la vaisselle dans un tonneau, un baquet ou un bac, et le mot « évier » désigne un conduit par où on évacue les eaux usées ou les déchets de la cuisine. Au début du XIXe, il devient une « pierre en forme de table, et légèrement creusée, sur laquelle on lave la vaisselle, et qui a un trou pour l’écoulement des eaux », selon la définition du dictionnaire de l’Académie. On l’appelle aussi pierre d’évier, ou pierre à laver. Il va commencer à s’imposer dans les maisons urbaines au XXe siècle, avec le développement d’un réseau de canalisations adaptées et de sociétés distributrices d’eau. L’évier se munit d’un robinet – qui restera longtemps le seul point d’eau du foyer.

En même temps que l’eau courante, le gaz de ville se généralise. Il va mettre fin au règne du fourneau : avec l’arrivée du chauffage central, plus besoin de l’allumer pour se chauffer, ni de subir ce chauffage supplémentaire en été, lorsqu’on veut manger chaud ! Il va donc se transformer en « cuisinière » ou « gazinière », selon que la maison est raccordée à l’électricité ou au gaz et il ne fonctionnera plus que pour cuisiner. La pièce commence à ressembler à celle que nous connaissons, articulée autour de ces deux zones indispensables : lavage et cuisson. Il n’y manque plus… qu’un réfrigérateur !


Le froid fait son entrée
Jusqu’à ce que l’invention de General Motors se généralise, les buffets ou bahuts de cuisine contiennent à la fois la vaisselle et les vivres. Ils sont incontournables et ont peu changé de look depuis qu’en 1931, l’entreprise August Siekmann Möbelwerke (aujourd’hui SieMatic) avait fait sensation avec son modèle Erna, à la foire de Leipzig. Mais le fameux « Frigidaire » va les détrôner. Apparu en 1918, il ne s’est généralisé que bien plus tard en France, dans les années 1960. C’est le fondateur de Général Motors, William Crapo Durant, qui l’a inventé et qui l’a nommé « Frigidaire ». Ce terme est devenu synonyme du mot réfrigérateur, d’autant plus rapidement et facilement que le Frigidaire est resté longtemps sans concurrence !

Le développement d’un électro-ménager moderne ne suffit pas à signer la mort de l’autre grand meuble de la cuisine : le bahut. Celui-ci sera achevé par l’émergence d’un nouveau concept : La cuisine équipée, pensée comme un concept global, une pièce toute entière dévolue à la préparation des repas, conçue pour minimiser les déplacements et faciliter le travail ménager.


Retour à la case… fourneau ?
Aujourd’hui, la cuisine tend à redevenir la pièce centrale de la maison. « Elle est devenue la pièce de réception » estime la designer suédoise Monica Förster. « Le salon est maintenant une salle de repos. C’est très agréable quand quelqu’un est en cuisine, de pouvoir échanger avec lui, même lorsque l’on fait autre chose comme jouer avec les enfants ». Selon elle, l’ouverture de l’espace cuisine/salon est une tendance appelée à se développer.

Ce nouvel espace est multifonctionnel : on y travaille, s’y divertit ou simplement y prend du bon temps. Un espace commun de relaxation et de partage est une vraie nécessité, dans notre société « connectée » : « L’association nourriture/foyer a le pouvoir de réunir les gens autour d’un nouveau cœur de vie au centre de la maison. Les individus sont à la recherche d’un espace réconfortant, relaxant et rassurant. Fireplace est le symbole même de cette quête d’authenticité », explique l’équipe du Global Consumer Design de Whirpool, inventrice du concept « Fireplace » (pas encore commercialisé). En réinventant le foyer traditionnel et rassembleur, ce concept-cuisine préfigure une tendance forte. Au centre de la pièce, une grande table avec vasque de cuisson équipée de broches, émettant différentes fréquences lumineuses. Comme un vrai feu de bois, elle peut être utilisée pour la cuisson… ou pour créer une atmosphère chaleureuse ! La hotte filtrante et lumineuse, avec variateur de couleurs et diffuseur d’essences parfumées, est équipée d’une caméra intégrée, qui détecte les accessoires et la nourriture placés sur la vasque centrale et interagit avec les broches de cuisson pour adapter instantanément la température de cuisson. En somme, c’est le retour du fourneau… version high tech !