Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Bâtir en pierre reconstituée

Souple comme le roc

 

 

Des calcaires broyés, de la poudre de pierre, des sables fins associés à du ciment blanc ou de la chaux, avec parfois quelques pigments. La grande diversité des formulations de la pierre reconstituée offre une large palette de finition, du sur-mesure en quelque sorte. Car le grand intérêt de cette solution, c’est le moulage des éléments qui assure leur calibrage précis. Et comme le procédé est industrialisé, l’homogénéité des lots et de leurs aspects est garantie, avec un minimum de pertes.  

 

Plein, creux ou en plaquette. La pierre reconstituée joue principalement sur son apparence. Elle est donc surtout utilisée pour le montage de maçonneries « à pierre vue ». Dans l’absolu, ces blocs peuvent être mis en oeuvre pour bâtir une maison entière. Mais pour des raisons de coût, il est souvent plus intéressant de recourir à d’autres solutions. Car la pierre reconstituée est proposée sous trois formes.  

 

Les blocs pleins, pleine masse, sont lourds, ingélifs et résistants à tout. Le montage est réalisé à bain soufflant ou à joint mince au peigne à colle, au choix du poseur. Les blocs pleins sont proposés en différents formats. Ils permettent la réalisation de murets, séparations et aménagements de jardin maçonnés 

 

Les blocs creux s’emboîtent à sec comme des blocs à bancher standard dont ils reprennent parfois les caractéristiques. Ils offrent au moins deux parements finis ce qui permet d’assurer le montage et la finition des murs dans le même temps.  

Les blocs pour clôture présentent des profils plus simples. Ils sont conçus pour être remplis de béton maigre et même pour être armés tous les deux rangs avec des fers filants. Mais ils sont réservés à des murs non porteurs. Ils se déclinent en pilier de portail aux finitions coordonnées. 

 

 

 

Les blocs à bancher en pierre reconstituée, en revanche, sont identiques aux éléments en béton. Ils peuvent donc être utilisés pour le montage de murs porteurs (type III), doublés par une isolation thermique par l’intérieur, selon les dispositions du DTU 20.1.  

 

Les plaquettes de parement sont des revêtements décoratifs en pierre reconstituée qui se posent par collage ou agrafage (façades ventilées). Elles ne participent donc pas à la résistance du mur mais apportent du cachet à une maçonnerie banale, rapidement et à moindre coût. Ces plaquettes sont proposées à l’unité ou en kit. 

 

 

Un cas particulier : Les façades en pierre mince attachée

Le principe consiste à habiller les murs porteurs d’un revêtement en pierre, naturelle ou reconstituée, qui assure la finition décorative et la protection selon le principe de la façade ventilée : l’air circule librement derrière les pierres et participe ainsi à l’équilibre thermique et hygrométrique du mur porteur. Le sandwich est souvent complété par une épaisseur d’isolant dressée contre la maçonnerie. L’attache des pierres est un système d’agrafes métalliques, prises ou non dans un polochon (un gros boudin de mortier). Les prescriptions techniques sont détaillées dans le DTU 55.2. Cette technique est principalement utilisée pour l’habillage des façades de grande hauteur. En habitat individuel, le revêtement décoratif en pierre est plutôt collé directement sur la façade. 

 

FAIRE :  Monter un muret en blocs 

 

Un muret de clôture en kit se compose de blocs droits ou irréguliers, conçus pour s’emboîter les uns dans les autres. À vous de composer ! 

 

1- Une semelle de béton n’est pas nécessaire pour des hauteurs < à 60 cm mais permet toujours de bâtir sur un support plan et propre. Repérez l’emplacement du muret au cordeau. 

 

2- Les blocs sont posés à l’avancement. Ils sont fixés à l’aide de plots de mortier-colle. Pour certains blocs, le mortier est étalé à la spatule crantée, comme pour du carrelage. 

 

3-Les rangs suivants sont montés sur le même procédé, en suivant le calepinage proposé par la notice et en décalant les joints verticaux.

 

 4- Les découpes sont réalisées au disque à tronçonner. Pour réduire les poussières, il est possible d’utiliser une scie à plaquette carbure comme pour le béton cellulaire. Mais c’est plus long. 

 

5- Le couronnement est collé sur le sommet du muret à l’aide d’un boudin continu de mortier.

 

6- Les joints de montage sont beurrés au ciment. Le surplus est brossé dès que le ciment débute sa prise. Pour faciliter l’application, il est possible d’utiliser une poche à douille. Un sac en plastique dont un angle aura été coupé aux ciseaux fera également l’affaire.