Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Démolition, poids, normes : les essentiels à retenir

 

Côté normes : quel DTU pour les cloisons ?

Le DTU 20-13 s'applique aux cloisons en maçonnerie de petits éléments, briques et carreaux. Le montage des cloisons en carreaux de plâtre est traité par le DTU 25-31. Pour les plaques de plâtre sur ossature, c'est le DTU 25-41 qu'il faut consulter.

 

Comparatif technique des cloisons 

 

Cloison : comment les démolir


Puis-je démolir une cloison de ma maison ?

Oui si elle n'est pas porteuse, ne soutient aucune structure et assure sa fonction première d'organisation de l'espace. Attention toutefois car une cloison non porteuse peut devenir porteuse dans le temps suite au tassement du plancher, au fléchissement d'une poutre, à la présence d'une surcharge... On parle parfois de "cloisons semi-porteuses". 

 

Simple cloison ou mur porteur ?

Observez d'abord leur emplacement et fonction (couloir de distribution situé derrière la porte d'entrée, séparation entre le logis d'habitation et une ancienne grange...). Si vous détectez des extrémités de poutres ou solives qui s'appuient sur un mur, il est à coup sûr porteur ! S'il existe un plan de  construction, l'épaisseur du trait peut donner une indication (trait épais = mur porteur, trait fin = cloison). Enfin, l’épaisseur (6 à 8 voire 12 cm), est un indice supplémentaire.

 

Des indices parfois trompeurs

Une astuce : Sondez les matériaux à l'oreille en frappant le mur avec un maillet de bois dur. Un son mat et sourd désigne un mur plein tandis qu'une cloison délivre un son creux mêlé de vibrations. En complément, un perçage permet de connaître la composition du mur, sa dureté et résistance : poussière rouge pour la brique, blanche pour le plâtre, grise pour le bloc de béton... Prudence car ces matériaux peuvent être utilisés pour un mur porteur ou pour une cloison ! De même, diverses couches d'enduits peuvent faire sonner creux un mur de pierre massif ! Mieux vaut alors s'armer d'une pointerolle et d'une massette pour mettre à nu une petite partie de la maçonnerie. 

 

Comment fixer des charges lourdes sur une cloison ?


Dans une cloison alvéolaire, les objets de plus de 30 kg par point de fixation exigent d'introduire des renforts en bois, taillés en pointe pour faciliter la pénétration dans le réseau alvéolaire, avant la mise en place du panneau. La hauteur des renforts doit être suffisante pour servir de support à l'objet. Par exemple, un WC suspendu doit être installé sur un mur de soutien solide.

Dans les plaques de plâtre, il faut d'abord déterminer l'emplacement des fixations. Des renforts de bois sont vissés dans l'ossature, avant la pose des plaques. Des supports métalliques spécifiques pour sanitaires suspendus sont également disponibles.

Dans les carreaux de plâtre, il est recommandé d'avoir recours soit à des fixations par taquets de bois scellés, soit à des fixations traversantes munies de contreplaques. On utilisera aussi ces systèmes sur les carreaux allégés pour des charges excédant 15 kg. Les cloisons d'une épaisseur inférieure à 7 cm ne sont pas destinées à recevoir des charges lourdes.

Dans le béton cellulaire, il faut recourir à des clous et à des chevilles spécifiques. Les charges lourdes sont fixées comme sur des carreaux de plâtre.