Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Les outils du charpentier


C’est l’artisan des grandes mesures. Le charpentier manipule de grands éléments, qu’il a l’obligation d’assembler avec la meilleure précision. Et tout cela, en jouant les équilibristes, plusieurs mètres au-dessus du sol. Un bon équipement est donc utile.


Le marteau du charpentier est toujours accroché à sa ceinture. Polyvalent et léger, il sert autant à la pose des clous qu’à leur arrachage grâce au profil de sa tête, ainsi qu’à la dépose et la mise en place des liteaux et voliges.


L’agrafeuse cloueuse, sur batterie pour les déplacements sur le toit, offre un gain de temps considérable pour la fixation des éléments tels que les différents écrans, les liteaux, les voliges, les fermes industrielles, etc. Les modèles à chargeur amovible assurent une grande autonomie.

 

La tronçonneuse, ou la scie à chaîne, font partie de l’équipement de base. La première a quitté les forêts pour la dépose des charpentes existantes et le calibrage des nouvelles sur chantier. La seconde est plus précise qu’une tronçonneuse, notamment pour les coupes angulaires, et offre une plus grande capacité de coupe qu’une scie circulaire.


Le rabot de charpente est la version grand format de l’outil électroportatif du menuisier. La fonction est la même mais pas les capacités : largeur de rabotage de plus de 30 cm et profondeur de passage supérieure à 3.5 mm.


La scie égoïne du charpentier se caractérise par la longueur de sa lame et le profil de ses dents. Rappelons que la forme de sa poignée permet les tracés en angle droit et en sifflet à 45 °.

 


Les mèches de perçage sont adaptées aux diamètres des trous nécessaires aux tourillons, chevilles voire mortaises, et à l’épaisseur des pièces de bois de charpente. Leur longueur peut dépasser 45 cm, pour des diamètres de 20 mm, à spirale simple pour un meilleur dégagement des copeaux. Seule la queue reste classique, à 6 pans généralement, pour un montage en mandrin auto-serrant standard.

 


Entre le menuisier et le charpentier

Les deux professions partagent les mêmes outils mais avec un rapport d’échelle très différent puisque les pièces de bois utilisées ne sont pas les mêmes. Toutefois, il est possible de réaliser quelques chantiers de charpente ponctuels avec l’outillage standard du menuisier. Les opérations seront souvent plus longues et fastidieuses avec des recours fréquents au travail manuel (sciage, clouage…). En revanche, les outils électroportatifs du charpentier lui restent associés : difficile de réussir une feuillure de dormant à la scie à chaîne !

 

Les EPI du charpentier

Les équipements de protection du charpentier visent principalement à sécuriser ses déplacements sur le toit, en prévenant autant que possible les risques liés aux chutes.
Cela passe d’abord par tout le nécessaire pour une protection efficace, de la sangle d’arrimage au harnais à deux points d’ancrage (résistance d’au moins 15 kN). Le harnais peut être relié à une longe fixe de 2 m ou à un antichute mobile. Cet équipement est obligatoire pour des interventions au-dessus de 3 m de hauteur.
La protection individuelle comprend également le casque de chantier obligatoire, léger, avec visière, jugulaire et orifices de ventilation, ainsi qu’une ceinture porte-outils qui permet de disposer de tout le nécessaire, sans s’encombrer.
Enfin, pour les travaux de découpe, les gants anti-coupures possèdent une trame métallique tricotée sous enduction qui protège efficacement les mains.