Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Rénovation : faire déborder sa piscine


La rénovation des piscines représente pour certains pros la moitié de leurs interventions. Eh oui, elles ont pris de l’âge les belles bleues ! Voici un exemple de rénovation d’un vieux bassin transformé en piscine à débordement, aux reflets azur. Photos : Marc de Tienda

Elle était moderne avec son jacuzzi en tête… Moderne mais pas très bien conçue. Trop loin du bord de terrasse pour déborder, trop près de la maison et presque à son ombre. Sa reprise en main par Yves Lambert (YLC) en 2010 en a fait une piscine ultra contemporaine. Plus longue d’un mètre, décalée de deux mètres vers le ravin elle s’est dotée de murs renforcés dont un de 27 cm côté débordement, couvert de granit avec une légère déclivité. Filtration à sable, 12,5 x 4 m, margelles en ardoise et plage en ipé, électrolyseur au sel. Tout est possible… la preuve !

 

Etape 1 • DÉCALER LE BASSIN

Le bassin existant, très proche de la maison, laissait un passage de près de 2 m côté vide afin de bien l’asseoir dans la colline. Il est donc cassé. Seul le mur non concerné par le jacuzzi est conservé. Les 2 mètres de décalage sont ainsi repris.

Etape 2 • LA DALLE ET LA BONDE DE FOND

 

Après le coulage d’une première couche de béton de propreté, le ferraillage de la dalle est mis en place ainsi que la bonde de fond, parfaitement de niveau. Le bassin est à fond plat, de 1,50 m de profondeur. La piscine repose sur des pieux bétonnés enfouis dans la colline. La dalle mesure 25 cm d’épaisseur.

 

 

 


Etape 3 • COULAGE DE LA DALLE

 

Le béton de la dalle est coulé, vibré et lissé. Pour ce type de réalisation, il est livré prêt à l’emploi en camion toupie. Si le durcissement complet intervient en plusieurs semaines, il est déjà possible de marcher après trois jours et de poursuivre la construction après 5 jours.

 

 

 


Etape 4 • LE COFFRAGE PRINCIPAL

 

Les parois du bassin sont montées en blocs à bancher, ferraillées horizontalement et verticalement. L’épaisseur finale atteint 27 cm. Le béton est coulé et vibré dans les alvéoles. L’avantage est qu’il n’y a pas à attendre le décoffrage pour poursuivre.

 

 

 


Etape 5 • LE COFFRAGE ET LA RÉALISATION DE L’ESCALIER

 

Pour une piscine en béton, il est plus pratique de créer un escalier sur la largeur entière du bassin car cela en simplifie le coffrage. S’agissant d’un accessoire rapporté, le ferraillage des marches est beaucoup plus léger.

 

 

 

 


Etape 6 • LE COFFRAGE DE LA SURVERSE ET DU BAC TAMPON

 

La surverse est montée contre le bassin principal. L’eau du débordement est ainsi conduite vers le bac tampon situé à son extrémité. De là, l’eau sera renvoyée dans le bassin par une pompe. L’inclinaison du débordement du bassin principal est réglée par l’arase de la paroi, avant d’être affinée (voir étape 9).

 

 

 


Etape 7 • MISE EN PLACE DU LINER

 

Il s’agit d’un liner armé PVC Polyester à 3 couches de 150/100 d’épaisseur et de couleur gris anthracite. L’avantage de ce produit est qu’il est soudé à chaud, sur site. Il épouse donc parfaitement les formes les plus diverses, comme ici, celles de l’escalier ou du débordement, jusqu’au bac tampon.

 

 

 


Etape 8 • LES MARGELLES

 

Les dalles en ardoises sont alignées au cordeau et fixées au mortier colle, en même temps que la réalisation de la terrasse en ipé, posée sur lambourdes de manière à ce que les deux revêtements se retrouvent exactement au même niveau.

 

 

 

 


Etape 9 • LA SURVERSE, EN DÉTAIL

 

Une plus grande précision est requise pour réaliser l’effet de lame d’eau du débordement. A l’arase supérieure de la pente, le fil d’eau ne mesure pas plus de 2-3 mm d’épaisseur : si les dalles ne sont pas correctement alignées sur toute la longueur du bassin, il n’y a plus de lame d’eau mais des gouttières semblables à celles d’un toit fatigué.

 

 



Etape 10 • LE LOCAL TECHNIQUE

 

Situé juste à côté du bac tampon, le local technique reçoit les eaux de surverse en provenance de ce dernier, de la bonde de fond et aussi de la prise balai, et les renvoie après filtration dans le bassin par les buses de refoulement. L’assainissement de l’eau est assuré par un électrolyseur au sel.