Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

L'assemblage du bois

Donnez leur deux bouts de bois et ils vous construirons le monde ! Les menuisiers ou les charpentiers, sans vis, sans clou sont capables de tout. L’union des bois fait toujours la force. Pour la menuiserie et le travail du bois, c’est surtout le moyen de travailler en trois dimensions et de concevoir des ouvrages de toutes les tailles. L’art de l’assemblage relève de la tradition, une très longue tradition de savoir-faire.. Des générations de Compagnons ont créé leur chef-d’oeuvre en les compliquant à loisir pour la seule beauté du geste. Cela étant, tous les assemblages répondent à un objectif précis. C’est la raison pour laquelle ils sont si nombreux. Désormais, leur réalisation est plus facile grâce à l’outillage électroportatif et aux machines à bois. Mais on ne résiste pas à vous offrir ici tous les assemblages possibles... ou presque. Queues d'arondes, tourillons, lamelles, rainures, mi-bois, à vous d'assembler comme bon vous semble.

Car si, aujourd’hui, tout paraît se résoudre par une vis ou un boulon, il faut se souvenir d’une époque où ces accessoires étaient rares, chers et fragiles. Avant la révolution industrielle et la force du cheval vapeur, toutes les pièces d’assemblages métalliques étaient forgées, jusqu’au dernier clou. Et jusqu’à la généralisation du haut fourneau moderne, toujours au XIXe siècle, les aciers produits ne présentaient pas une grande qualité. Il n’y avait que des grosses pièces, incapables de supporter les charges et les contraintes d’assemblage d’une charpente de bateau ou de cathédrale.

Les menuisiers et charpentiers ont donc rivalisé d’imagination pour concevoir des procédés d’assemblage adaptés à chaque situation. Les principes sont toujours les mêmes et reposent d’abord sur la facilité de réalisation. Il faut pour cela que l’assemblage soit simple pour être facile à calibrer avec des outils manuels. La contrainte suivante est de faire en sorte que ce soit le profil de l’assemblage lui-même qui supporte la charge ou la contrainte. Cela s’obtient en adaptant les deux parties, en ajoutant un épaulement, un tenon, en adoptant des coupes biaises, etc.