Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

02/03/2015 - ÉCO MAISON

Le traitement du bois aux huiles essentielles

Exit le traitement du bois à base de produits pétroliers. Xylophène lance un produit à base d'huiles essentielles 100% naturel, contre les insectes et les champignons.

Les traitements xylophages, fongicides, insecticides... sont efficaces mais effraient un peu. Sont-ils dangereux pour la santé ? Difficile de répondre... 

Xylophène a été comme d'autres au coeur de ces polémiques. Et même le changement de formule ne l'a pas mis à l'abri de ces questions. Du coup la marque lance un produit diamétralement différent à base d'huiles essentielles qu'il présente comme 100 % naturel. Un vrai cocktail d'huiles mais concentrées. Baptisé Phytopur, ce produit existe en version mousse ou huiles à passer au pinceau.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

La cible : les meubles et les parquets.

Totalement débarrassé des dérivés de produits pétroliers, ce traitement n'abrite aucun composé organique volatil. Ses huiles peuvent pénètrer jusqu' à 8 cm dans l'épaiseur du bois et être utilisées à titre curatif ou préventif. Dans les deux cas, il chasse champignons, lyctus, capricornes, vrillettes etc. en rendant le bois totalement incombestibles par ces bestioles.

Il s'agit d'un traitement incolore. Il peut être recouvert de peinture, lasure ou vernis. Le Phytopur convient à tout type de bois y compris les bois de placage et la marqueterie. A noter que les outils peuvent êtres lavés à l'eau savonneuse.

 

Pour savoir de quel mal souffre vos bois, Phytopur donne quelques "tuyaux". Ainsi, le Capricorne des maisons génère un  trou de forme ovale (6 mm), souvent obstrué par de la farine de bois. Cet insecte s’attaque aux bois résineux (pin, sapin, épicéa) et notamment les meubles, les plinthes et les lambris. Les trous de sortie du Lyctus, ont eux, une forme légèrement ovale (1 mm). L’insecte s’attaque aux aubiers des bois feuillus riches en amidon (chêne, châtaignier, frêne, framiré, ayous), sa prédilection va aux parquets, lambourdes et meubles. Quant à la vrillette, la plus fréquente, ses trous de sortie ont une forme ronde (2 à 3 mm) et elle privilégie un peu toutes les essences de bois, s’attaquant particulièrement aux meubles, livres, vieux parquets et menuiseries. Des petits tas de sciure au sol sont donc le signe indicatif de la présence d’insectes dans le bois. La grosse vrillette, elle, s’attaque aux bois ayant préalablement été contaminés par un champignon ou des meubles au contact d’humidité. Le termite quant à lui, ne fait aucun trou, il creuse des galeries en ingérant la cellulose du bois au fur et à mesure de sa migration, c’est de loin l’insecte le plus ravageur.