Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

09/11/2015 - ÉCO MAISON

Silence ! Ça coule...

Voici un bon tuyau contre la pollution sonore : il est désormais possible d’atténuer les bruits d’eaux de vos évacuations.

La chasse aux bruits d’eau est un sport que pratique le fabricant Nicoll depuis assez longtemps, avec des victoires en 2005 et le lancement de ses premiers modèles de Chutunic. Le fabricant a récidivé cette année avec une gamme de coudes, de brides et même de patchs qui atténuent le bruit d’évacuation des eaux tout au long de sa descente (Chutaphone). 

Mais avant de présenter ces nouveaux produits, revenons au problème initial : il y a deux façons d’évacuer ses eaux sales, les écoulements uniques ou séparés. En clair, un seul tube évacue l’eau de l’évier, des lavabos et des WC (système unique) ou deux tubes sont prévus : un pour les WC, l’autre pour les eaux de cuisine et de salles de bains (système séparé). Dans le premier cas, les bruits sont forts et les risques de désiphonnage et d’odeurs importants. Dans le deuxième, la guerre au bruit se fait dans les coudes et autres dévoiements.   

C’est là qu’on apprend aussi qu’il existe deux types de bruits : "les solidiens" qui viennent des vibrations du PVC et "les aériens" dus au gargouillement de l’eau.

Tenez par exemple, pour les chutes uniques, quand trop d’eau arrive dans une descente, il se produit un effet de piston hydrauylique, ça bloque, l’air ne passe plus, ça gargouille et ça descend d’un coup avec le bruit que l’on sait.

 

 

 

Nicoll a résolu le problème avec un tube nervuré.

L’eau est tentée de suivre ces toboggans de parois et descend en bon ordre sans effets de chute bruyante. Première victoire.

 

 

 

 

Autre proposition : des colliers acoustiques.

Non seulement ils maintiennent le tube accroché au mur, mais leur matériau de synthèse fait perdre 9 décibels à l’eau bruyante (qui tutoie en général les 40 décibels en descendant).

 

 

 

 

 

Un peu différente, mais tout aussi efficace, la bride est une sorte de pansement enserrant le tube. En matière viscoélastique, on la place en général sous la dalle d’étage et elle absorbe une grande partie des vibrations du tube. 

Restent les coudes et les culottes. Les premiers sont des passages essentiels pour combattre le bruit. Il faut s’imaginer une masse d’eau chutant et qui vient se heurter au PVC. Ça tape fort avant de prendre le virage ! Ce point sensible est désormais amorti par un coude acoustique à l’angle retravaillé et doté d’une membrane élastomère.   

Côté culottes, ces carrefours d’écoulements, foyers de grand chambard, Nicoll a adopté un système de patch acoustique visco-élastique positionné sous les embranchements.

L’intérêt de l’ensemble de ces systèmes est qu’ils peuvent être acquis séparément pour du neuf ou de la rénovation. Ils pourraient changer la vie de tous ceux qui dorment au rez-de-chaussée et qui reçoivent toutes les chutes de la maison ou de l’immeuble dans leurs oreilles.