Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
  • Accueil >
  • NOS CONSEILS POUR BIEN LE FAIRE
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Comment rectifier un plancher qui penche

Les vieux planchers sont rarement plans mais si c'est au point d'attraper le mal de mer... il faut intervenir et c'est possible !

Retour

 

Le poids des ans est une expression parfaitement adaptée à ce cas de figure. Le fléchissement des planchers ne se rencontre que dans le cas de solives en bois. Car les poutrelles en béton cassent plus qu’elles ne plient. Le bois, en revanche, s’autorise une certaine souplesse qui,au  fil des ans, des occupations et des modifications, finit par devenir un vrai relâchement.

Avant toute intervention, il faut d’abord s’assurer que le plancher est sain et que la déformation ne provient pas d’un problème sous-jacent. Ce qui demande de vérifier particulièrement les ancrages dans les murs, souvent abîmés, de même que les solives latérales. Le platelage, c’est-à-dire le sol d’étage, est souvent pourri et rongé, particulièrement dans les greniers. Il ne sert à rien de vouloir le conserver. Il est beaucoup plus simple et efficace de le remplacer par des dalles de planchers en agglo ou OSB. Les déformations ont différentes origines. Elles peuvent provenir d’un tassement différentiel des sols. Dans ce cas, tous les planchers penchent du même côté. Avant de réparer, il faut s’assurer que le phénomène est stoppé. Mais le plus souvent, il s’agit d’un fléchissement central, en cuvette, entre les portées. Les poutres accusent le coup et les solivettes suivent le mouvement. La résistance des planchers n’est pas remise en cause.

Dans une construction récente, il y a un risque

Mais ça n’est pas le cas si ces désordres surviennent dans une construction récente. Dans une maison construite après guerre, les planchers doivent être stables et plans. On doit pouvoir sauter dessus sans ébranler la maison, avec une charge d’exploitation d’au moins 150 kg au m2 environ. Or, les problèmes surviennent souvent après des modifications de structure, lors d’aménagements de comble en particulier. Remplacer des fermettes industrielles par un espace habitable est une opération complexe qui inclut la reprise des planchers et les reports de charge aux étages inférieurs. Si ce n’est pas fait, le plancher d’étage se déforme, la toiture s’affaisse, les murs se lézardent. Un simple calage ne suffira pas à résoudre le problème.

 

LES CHARGES D’EXPLOITATION

Ces charges résultent de l’utilisation des locaux, en opposition aux charges permanentes qui regroupent tous les ouvrages qui constituent le bâtiment lui-même (poids du plancher, des cloisons supportées, des chapes, des revêtements de sol, …). Les charges d’exploitation varient donc selon la destination dubâtiment. Elles sont exprimées en décanewton (daN) par mètre carré, qui correspond approximativement à 1 kg. Par exemple, dans un logement, elles sont estimées à 150 daN/m2 dans les espaces habitables, à 350 daN/m2 pour les balcons, mais à 100 daN/m2 seulement dans un comble non aménageable.

Redresser un plancher en bois

Posez-vous toujours la question de l’intérêt de conserver un plancher existant. Dans le bâti ancien, les plafonds sont souvent très hauts. Un nouveau plancher permettrait de rééquilibrer les volumes, de gagner de l’espace à l’étage… et de garantir la stabilité !

 

INTERVENTION PAR EN-DESSOUS





INTERVENTION PAR DESSUS





Toutes les fiches FAIRE