Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
  • Accueil >
  • NOS CONSEILS POUR BIEN LE FAIRE
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Poser des tuiles mécaniques

Les tuiles mécaniques sont faciles à poser et relativement économiques. Mais le chantier reste d'envergure, dans le cadre d'une maison. Prenez le temps de bien préparer votre chantier.

Les spécialistes vous apporteront de précieux conseils pour choisir le bon modèle en fonction des caractéristiques de votre chantier, de sa localisation, de votre budget et de votre niveau de compétence. Une bonne préparation vous fera gagner un temps considérable, en évitant les tâtonnements lors de la pose.

Retour

Les travaux préparatoires

Le calepinage consiste à procéder à une étude préalable du plan de couverture, en fonction du modèle de tuile à utiliser et de ses dimensions (longueur et largeur). Cela permet de connaître le nombre d'éléments nécessaires, mais aussi d'éviter la recoupe des tuiles en rive, sur les côtés du versant de la toiture ou à son sommet. Des adaptations peuvent être envisagées, soit en changeant de modèle, soit en modifiant le plan de charpente, le débord de rive d'égout des chevrons par exemple. Notez qu'en pratique, ceux-ci sont généralement posés en préservant une certaine marge en partie basse, ce qui permet d'ajuster l'emplacement des liteaux. Ils ne sont recoupés qu'après la pose des tuiles.

Le calepinage permet aussi d'estimer le nombre de pièces spéciales nécessaires (rives, faîtières, demi-tuiles pour pose à joints croisés, douilles de ventilation, etc.).

Connaître le pureau est indispensable pour le calepinage. Il correspond à la partie de la tuile visible qui n'est pas recouverte par la rangée supérieure. C'est aussi la mesure à retenir pour régler l'espacement entre les liteaux. En règle générale, il est indiqué pour chaque type de tuiles. Certaines sont à pureau variable, ce qui permet d'adapter l'espacement entre les liteaux, et d'éviter la recoupe éventuelle du dernier rang.

L'écran de sous-toiture est fixé tendu sur les chevrons. Les liteaux ne sont pas fixés directement dessus, mais sur une contrelatte de 2 cm d'épaisseur, qui permet d'assurer la circulation de l'air entre le dessus de l'écran et la sous-face des tuiles.


La pose des liteaux

En règle générale, les liteaux sont en bois. Leur section, carrée ou rectangulaire, dépend de la charge de la couverture et de l'écartement des chevrons. La charge, exprimée en décaNewton par mètre carré (très approximativement 1 kg), correspond à celle du toit lui-même plus celles des conditions climatiques normales. Par exemple, pour une charge de 150 daN/m2 et un entraxe entre chevrons de 60 cm, il faut des liteaux de 25 x 50 mm de section. Les liteaux sont cloués sur chaque chevron (ou sur la contrelatte). Ils peuvent être agrafés, s'ils ne dépassent pas 25 mm d'épaisseur.

 

La mise en oeuvre

Les tuiles mécaniques (à emboîtement ou à glissement à relief) se posent soit à joints droits, soit à joints croisés, certains modèles permettant toutefois d'utiliser indifféremment les deux modes de pose. Elles possèdent un petit tenon sur leur face interne qui permet de les suspendre sur les liteaux.

La mise en oeuvre débute par le bas du versant, à droite ou à gauche selon le sens des emboîtements latéraux, de telle sorte que chaque tuile vienne en recouvrement de celle précédemment posée. Les tuiles de la première rangée posées, celles de la seconde sont placées par-dessus, et accrochées sur les liteaux de la ligne suivante. Si le calepinage et le liteaunage ont été correctement réalisés, elles s'emboîtent parfaitement sur celles de la première rangée. Dans le cas de pose à joints croisés, on a recours à des demi-tuiles posées en extrémité, un rang sur deux.

La pose s'effectue généralement en diagonale et non rangée par rangée, afin de limiter les déplacements sur le toit. Les tuiles ne sont pas toujours clouées. Cela dépend de la zone d'exposition au vent (définie selon les règles NV65) et du degré de la pente. Dans la majorité des cas d'ailleurs, elles ne sont pas clouées, ou seulement à raison d'une sur cinq. Par contre, en cas de forte pente (supérieure à 175 %), elles seront toutes clouées.

En haut, la ligne de faîte, entre les deux versants, est recouverte par des tuiles à emboîtement spécial, posées dans le sens inverse des vents de pluie dominants. Ces tuiles sont fixées par des pointes, des tire-fonds, des crochets spéciaux.

Chaque passage de conduit fait l'objet d'une mise en place particulière au-dessous, sur les côtés, et au-dessus de l'obstacle, de façon à garantir l'étanchéité et à canaliser les eaux de ruissellement. Font également l'objet d'un traitement particulier les fenêtres de toit, les lucarnes, les arêtiers, les noues, etc.

 

Toutes les fiches FAIRE

Poser des tuiles mécaniques : 2 conseils pour bien choisir

Poser des tuiles mécaniques : 1 conseil pour bien le faire