Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
  • Accueil >
  • NOS CONSEILS POUR BIEN LE FAIRE
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Installer un plancher chauffant

Fini les gros radiateurs encombrants et disgracieux, grâce à ce chauffage moderne. Le plancher chauffant autorise une grande liberté pour disposer les meubles dans une pièce.

Retour

Fort de ses nombreux atouts, ce mode de chauffage s'est largement imposé dans le neuf ainsi qu'en rénovation lourde. Sa mise en oeuvre reste cependant assez délicate, de l'étude thermique permettant de dimensionner l'installation jusqu'à la mise en route….

Uniquement conçu à l'origine en version hydraulique, le plancher chauffant a fait son entrée dans l'habitat collectif au cours des années 1960. Il apportait avec lui une image de modernité et des avantages inconnus jusque-là : surfaces murales vierges de tout radiateur et de tout tuyau de chauffage, murs et plafonds sans trace noire due aux mouvements d'air, pas d'odeur de poussière brûlée; et une température plus uniforme du sol au plafond, mais trop élevée ! Un inconvénient majeur, dû à l'écartement des tubes circulant dans le plancher, à leur parcours linéaire, et à la température d'eau nécessaire pour compenser ces handicaps techniques. Une situation d'autant plus inconfortable que ces logements étaient aussi dépourvus de régulation personnalisée !


A BASSE TEMPERATURE OU RIEN !

Pareil constat n'a heureusement plus cours depuis longtemps. D'abord parce qu'un arrêté ministériel limite la température de contact des planchers chauffants à 28° C depuis le 23 juin 1978 (art. 35-2). Ensuite parce que toute installation de ce type dispose à présent d'une régulation personnalisée.

Rebaptisé "Plancher Chauffant à Basse Température", le PCBT prend son essor dans les années 1990. Apparaissent ensuite des variantes "été-hiver" reliées à des pompes à chaleur réversibles, ainsi que des versions électriques.
Hydraulique, le PCBT est indissociable de l'hydrocâblage, des tubes synthétiques en polybutylène (PB), polyéthylène réticulé standard (PER) ou multicouches (PE-Xb ou -Xc). De faible diamètre, ces tubes sont assez souples pour être disposés en boucles sur des panneaux isolants. Ce qui offre une liberté d'implantation sans équivalent.

LE PRINCIPE

Alimenté par une chaudière, par une pompe à chaleur, par des capteurs solaires, voire une sonde géothermique, ce type d'installation est conçu selon le principe des installations de chauffage traditionnelles "bitubes en chandelles" : une conduite principale ramifiée en colonnes fait monter l'eau chaude d'un étage à l'autre vers les émetteurs (radiateur ou plancher chauffant), et redescendre l'eau refroidie vers la source de chaleur. La particularité d'un plancher chauffant est d'être alimenté via des collecteurs (ou "nourrices") en laiton, implantés à chaque étage (ou dans chaque pièce). Destinés à raccorder les boucles des tubes, ils jouent également le rôle de régulateurs.

LA CHAPE, TOUJOURS ARMEE

Le DTU 65.8 impose la présence d'un treillis métallique léger (650 g/m2) dans l'épaisseur de la dalle ou de la chape. Sans être une véritable armature, il a pour but d'éviter la fissuration de l'ouvrage au cours de son durcissement. Ce quadrillage antiretrait doit être placé au plus près de la surface finie.


Une autre méthode : le plancher chauffant électrique (ci-dessous)

Toutes les fiches FAIRE