Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
  • Accueil >
  • NOS CONSEILS POUR BIEN LE FAIRE
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Monter une clôture en dur

Défensives lorsqu'elles dépassent deux mètres ou esthétiques, sous forme d'une grille en fer forgé, les maçonneries valorisent votre propriété.

Retour

Un muret de clôture ou un mur d'enceinte révèle, dès l'entrée, le caractère raffiné de votre demeure. Mais, pour que ce soit réussi, il faut voir grand, et ne pas se limiter aux deux piliers de portail prolongés par un banal grillage. C'est la raison pour laquelle les murs habillent généralement toute la longueur de la façade donnant sur rue.

Pour réaliser ces murets et ces soubassements maçonnés, il existe deux techniques, la maçonnerie traditionnelle, ou le recours à des blocs en kit. Mais, dans les deux cas, il faut des fondations solides. Celles-ci contribuent à la stabilité de l'ouvrage, et permettent, par la même occasion, de régler le niveau horizontal de l'assise. Ainsi, dans le cas d'une pente, c'est la fondation qui règle l'effet d'escalier, par une série de niveaux successifs.


Une bonne semelle

semelle

La hauteur du mur détermine les dimensions de la fouille. Si le mur ne dépasse pas 75 cm, la semelle en béton sera deux fois plus large que son épaisseur, soit, par exemple, 40 cm pour un mur de 20 cm. Si le mur est plus haut, la largeur de la semelle sera équivalente à trois fois l'épaisseur du mur. La semelle est coulée à une profondeur variable, selon la limite hors-gel de la région, généralement entre 60 et 80 cm.

Les limites de la fouille sont matérialisées par des cordeaux, tendus entre des piquets fichés en terre. Le creusement est réalisé à la pioche. Mais, pour de grandes longueurs, il peut être utile de louer une mini-pelle. Lors du creusement, prenez garde aux canalisations éventuelles (eau, gaz, électricité).

Le béton est coulé à pleine fouille, c'est-à-dire sans coffrage latéral, sauf si les parois sont instables. Il est armé dans la plupart des cas, et confectionné avec un ciment CEM II 32,5 R ou 42,5. Il est généralement dosé à 250 kg de ciment par m3 et armé, par exemple, avec une semelle plate à 3 filants de 8 ou 10 mm de diamètre. Ces fers sont mis en place en fond de fouille, de façon à ce qu'ils soient enrobés par au moins 5 cm de béton. Des fers verticaux, pris dans les semelles de fondations, sont mis en attente tous les 3 mètres environ, pour réaliser des chaînages verticaux et les départs des poteaux.
Dans l'idéal, laissez durcir le béton deux bonnes semaines, avant de procéder au montage du mur.

 

Le bloc béton, le grand classique

C'est la solution standard: bâtir le mur en blocs béton, et le revêtir d'un parement.

La construction du mur consiste à monter les blocs béton au mortier, rangée après rangée. Un cordeau tendu de part et d'autre sert de guide. Respectez les alignements, horizontaux et verticaux, et lissez les joints de mortier. Les blocs béton traversés par les fers d'armature verticaux sont remplis de mortier.

La finition habituelle consiste à revêtir le muret d'un enduit au mortier bâtard, traditionnellement en trois couches, ou en deux avec un enduit… monocouche. Une première solution, économique, est d'utiliser un mortier standard taloché, puis de le peindre. Une autre consiste à utiliser un mortier prêt à l'emploi, teinté dans la masse. Dernière alternative : appliquer un enduit plastique, type RPE. Ce mode de finition, économique, permet de jouer sur le relief et sur l'aspect final.
Il est aussi possible de monter le mur en béton banché. Pour cela, l'élévation est coffrée, étayée, armée, et le béton est coulé en place. Pour une grande longueur, il peut être judicieux de se le faire livrer en camion-toupie, sinon le gâchage est réalisé à la bétonnière.

Le décoffrage est réalisé après la prise du béton, d'une durée variable selon sa qualité et la température ambiante. Les épaufrures et autres coutures de banches égalisées, le mur est enduit ou habillé.


Les plaquettes de parement

Plutôt qu'enduite, la maçonnerie peut être revêtue de plaquettes collées en pierre, en pierre reconstituée, ou en terre cuite, d'une épaisseur inférieure à 1 cm en moyenne. Le choix est vaste, et les aspects reproduisent aussi bien la pierre de taille que le moellon, la lauze, ou la brique foraine. Sur de grandes longueurs, les éléments en pierre reconstituée peuvent présenter un effet de répétition, que compensera le jeu des formats ou appareillages des plaquettes.

La pose est comparable à celle d'une faïence murale de salle de bains. Il faut utiliser un mortier-colle adapté à la nature des plaquettes et à une pose en extérieur. La pose débute à partir d'une ligne de repérage horizontale, matérialisée par un tasseau fixé dansle mur. Le mortier est étalé à la spatule crantée, sur le mur et sur l'envers des plaquettes. L'habillage s'effectue de bas en haut.

Le lendemain, le tasseau d'appui est enlevé, et le raccord avec le sol est réalisé avec des éléments recoupés sur mesure à la meuleuse.


Le kit, c'est chic

Des éléments préfabriqués existent. Prêts à poser, ils assurent le montage du mur et sa finition. Les revêtements proposés sont variés. L'offre est complétée par des modules ressemblant à des boisseaux, pour réaliser des piliers avec les mêmes finitions.

En béton coloré, ces éléments s'emboîtent à sec. Pour assurer la cohésion et la solidité du mur, il suffit ensuite de les remplir avec du béton.
En pierre reconstituée, les éléments s'assemblent par emboîtement vertical et par scellement au mortier. Creux, ils sont légers et manipulables. Le montage est facile, pour une finition irréprochable.


Les chaperons

chaperon

Le mur doit être protégé de la pluie par un chaperon. Il aura une ou deux pentes (selon que le muret est mitoyen ou non), s'écoulant vers l'intérieur ou vers l'extérieur de la propriété, selon les usages locaux. Le chaperon est monté sur place à l'aide de briques, de dalles de béton moulées, ou de tuiles. Des éléments préfabriqués, d'aspect lisse ou reprenant celui de la pierre ou de la brique, peuvent être utilisés.

Important : n'oubliez pas de respecter le style régional.








Toutes les fiches FAIRE

Monter une clôture en dur : 2 conseils pour bien choisir

Monter une clôture en dur : 3 conseils pour bien le faire