Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
  • Accueil >
  • NOS CONSEILS POUR TOUT SAVOIR
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Entretien du bois : déterminer les ennemis

Bon à savoir

Retour

Ces envahisseurs sont des ennemis connus, issus de notre planète. Leur destination : le bois. Leur dessein : en faire leur univers. Discrets, champignons et insectes travaillent en douce à saper la charpente. Il est pourtant possible de diagnostiquer une attaque d'insectes, en observant les trous ou les traces de sciures, et en prêtant l'oreille au bruit de leurs mandibules. Afin de déterminer la cause et l'étendue des dégâts, des sondages et des prélèvements sur les poutres complètent cette inspection.

Les champignons lignivores

Ces champignons se développent sur les bois humides. Leurs attaques, extrêmement insidieuses, modifient l'aspect des bois, ou causent des ravages en profondeur. En outre, les champignons préparent le terrain aux attaques des termites et des vrillettes.

Une surface bleuie indique que le bois est attaqué par un champignon de moisissure. Il n'altère pas la structure du bois, mais favorise le développement d'autres intrus attirés par l'humidité.

Des paquets de "ouate blanche", à la surface du bois ou des maçonneries des pièces obscures et en atmosphère humide (caves, abris de jardin…), indiquent une attaque de mérule. Ce champignon pénètre dans le bois et provoque une pourriture "cubique", qui détruit les qualités mécaniques du matériau.


Les termites, les plus redoutables

Les termites sont de loin les plus redoutables ravageurs du bois. Insectes sociaux, comme les fourmis et les abeilles, ils n'élisent pas domicile dans le bois, mais dans un nid parfois très éloigné, où vit la reine entourée de sa colonie, organisée en castes : les reproducteurs, les soldats et les ouvriers. Composant la plus grande partie de la termitière, ces derniers, les seuls à aller chercher la nourriture dans les matériaux riches en cellulose, sont responsables des dégâts. Craignant la lumière, ils remontent en creusant, à l'intérieur du bois. Leurs galeries sont identifiables, après sondage, par la présence de sable et de terre dans les tunnels. À défaut, les termites empruntent des cheminements naturels (fissures), construisent des galeries extérieures (appelées cordonnets) sur les maçonneries, bâtissent des ponts pour franchir les vides. Les termites ne sont visibles que dans ce dernier cas, ou lorsque les dégâts sont apparents en surface. Sinon, il faut pratiquer des sondages pour mettre au jour des galeries étroites, sans sciure, et tapissées d'un ciment, donnant un aspect feuilleté.


Les insectes xylophages

Ils ont un cycle de vie différent de celui des termites. L'insecte adulte, dit "parfait", pond ses œufs à la surface du bois, dans les fentes ou à la jointure des assemblages. À leur éclosion, les larves s'insinuent dans le bois et se nourrissent de la cellulose en creusant des galeries pendant plusieurs années. Leurs déjections (de fines sciures) tombent parfois sur le sol.

Le capricorne s'en prend aux bois résineux. Les indices n'apparaissent qu'à la fin du cycle larvaire (5 ans environ), lorsque l'insecte parfait creuse un trou ovale de 6 à 10 mm pour sortir. À l'oreille, le grignotement des larves est souvent audible de l'extérieur. Celles-ci creusent des galeries à la périphérie des bois, sous une mince pellicule bombée par le tassement de leurs déjections.

La grosse vrillette attaque les résineux et les feuillus. Des orifices de sortie, ronds de 2 à 6 mm de diamètre, sont symptomatiques d'une attaque. Des coups sourds et réguliers, perçus de l'extérieur en avril-mai, trahissent la présence d'insectes parfaits sur le point de s'accoupler. Les larves (de 1 à 10 ans de vie) creusent des galeries en tous sens, remplies de sciure en forme de lentille de 1 mm. La petite vrillette (de 2 à 4 ans de cycle larvaire) a une prédilection pour les meubles.

Le lyctus a un cycle larvaire court (1 an environ). Il attaque les bois feuillus européens et exotiques (particulièrement leur aubier). Ses galeries sont orientées dans le sens de la fibre du bois et remplies de sciure fine et compacte. L'insecte parfait crée des petits trous de sortie de 1 à 2 mm de diamètre.

Toute la bibliothèque SAVOIR

Entretien du bois : déterminer les ennemis : 1 conseil pour bien choisir

CONSULTEZ LES PRODUITS GEDIMAT ASSOCIÉS