Guide de la maison
"Tous nos conseils pour vous guider dans vos travaux"
  • Accueil >
  • NOS CONSEILS POUR TOUT SAVOIR
Partagez sur Facebook Twitter Partager par e-mail Lancer l'impression

Chéneau ou gouttière ?

L'histoire

Retour

Chéneau : conduit de bois ou de métal qui reçoit les eaux d'un toit et les dirige vers la gouttière ou vers le tuyau de descente.

Gouttière : Petit canal en zinc qui reçoit les eaux du toit.

Ces deux définitions sont extraites du Larousse pour Tous dans son édition du début du XXe siècle. L'ouvrage précise également que toute construction dans une rue pourvue d'égout doit être disposée de façon à y conduire les eaux pluviales.
Aujourd'hui, la distinction entre les deux termes tient surtout au mode de construction : le chéneau est posé sur un entablement, alors que la gouttière est accrochée sous la ligne d'égout, c'est-à-dire sous l'extrémité basse du versant de toiture.
La gouttière pendante est la plus répandue. Elle se compose d'un demi-cylindre fixé sous l'égout du toit. Ses bords extérieurs sont courbés en ourlet. L'ensemble est monté sur des crochets qui suivent l'arrondi de la gouttière et viennent se bloquer sur l'ourlet de la rive extérieure. La pente est réglée au moment de la fixation des crochets. Au format demi-rond classique, s'ajoutent aujourd'hui des profilés spéciaux de section carrée, rectangulaire, voire triangulaire. Le mode de pose est parfois modifié, mais le principe du montage suspendu sous la couverture reste le même.
Il existe d'autres formes de gouttières, montées sur le platelage ou dans le prolongement de celui-ci. La pente est réglée par une mise en place en léger biais par rapport à la ligne d'égout. Ces gouttières, dites nantaise, havraise, ardennaise, etc., selon leur forme, sont bien adaptées aux couvertures plates, en tuiles ou en ardoises. Leur pose est du ressort exclusif des artisans spécialisés.

Toute la bibliothèque SAVOIR

Chéneau ou gouttière ? : 1 conseil pour bien choisir

Chéneau ou gouttière ? : 1 conseil pour tout savoir